17/08/2017 fleche
fleche
St Hyacinthe fleche
 
 

Je m'interesse à l'avenir parce que c'est là que je vais passer le reste de ma vie - Charles F.Kettering



Fiches Métiers
(Source Onisep)


Aide-Soignante
Aide Médico-Psychologique
Assistante de soins en gérontologie
Chiropracteur
Ergothérapeute
Infirmier
Infirmier Coordinateur de S.S.I.A.D.
Médecine douce
Médecin Généraliste
Masseur Kinésithérapeute
Pédicure Podologue
Secrétaire de S.S.I.A.D.

Masseur Kinésithérapeute


Activité

Le masseur-kinésithérapeute se consacre à la rééducation des personnes souffrant de traumatismes divers (accidents de la route, du sport, du travail), de maux de dos (lombalgie, scoliose…), de paralysies, de troubles neurologiques, de difficultés respiratoires ou circulatoires… Il intervient auprès de nourrissons et d'enfants, mais également d'adultes et de personnes âgées.

Après consultation des documents concernant le patient (dossier médical, ordonnance, radiographies…) et examen clinique, il décide des méthodes et moyens à appliquer pour la rééducation. Il définit lui-même le nombre de séances jugées nécessaires.

Il fait effectuer des mouvements dont il surveille l'exécution, en corrigeant les mauvaises attitudes. Ces mouvements peuvent être exécutés à l'aide d'appareils ou d'objets (ballon, haltères, poulies…). La rééducation s'effectue éventuellement en piscine ou sous une source de chaleur. Il peut pratiquer des massages pour soulager la douleur.

Dans un but de prévention thérapeutique, il donne aux personnes des conseils d'hygiène et de maintien.

Il collabore avec les médecins et, dans le cadre hospitalier, avec l'équipe soignante, en particulier avec l'ergothérapeute.

Le masseur-kinésithérapeute peut également intervenir, sans prescription médicale, dans un but non thérapeutique: domaines du sport, de l'hygiène et de l'esthétique.

 

Conditions de travail

L'exercice en cabinet libéral rassemble l'essentiel de la profession (près de 80 % des professionnels) et se pratique en cabinet individuel ou de groupe. Si les patients sont reçus au cabinet dans la plupart des cas, le masseur-kinésithérapeute peut aussi se déplacer au domicile des patients immobilisés. L'exercice à titre libéral nécessite un local à usage professionnel ainsi que du matériel ; ce qui suppose donc un investissement financier au départ.

A titre salarié, il exerce son activité dans les établissements hospitaliers publics ou privés, les dispensaires, les établissements thermaux, les établissements de rééducation fonctionnelle.

Enfin, il peut exercer en partie à titre salarié et en partie à titre libéral.

 

Qualités requises

Une bonne résistance physique est nécessaire, car la manipulation des grands malades, associée aux activités de massage, exige des efforts soutenus. En outre, le masseur-kinésithérapeute travaille en général en station debout prolongée. Des qualités relationnelles sont également indispensables pour ce professionnel qui doit savoir être à l'écoute de son patient, lui donner confiance et l'encourager tout au long du traitement.

De plus, l'exercice libéral demande une certaine disponibilité: le cabinet reste ouvert tard dans la soirée pour recevoir les clients après leurs heures de travail.

La profession est accessible aux personnes non-voyantes ou amblyopes. Il existe en France quatre instituts de formation spécialisés, à Paris, Villejuif, Limoges et Villeurbanne.

 

La formation

L'exercice de la profession est subordonné à l'obtention du diplôme d'Etat de masseur-kinésithérapeute.

Le diplôme d'Etat se prépare en 3 ou 4 ans selon les instituts. D'où deux modalités d'accès à la formation.

Formation en 3 ans. Le recrutement se fait directement après le baccalauréat. Les candidats doivent avoir 17 ans au moins au 31 décembre de l'année du concours d'entrée et être titulaires du baccalauréat, scientifique de préférence, ou d'un titre admis en équivalence. Peuvent s'inscrire les élèves de terminale (l'admission définitive est subordonnée à l'obtention du baccalauréat), ainsi que les candidats ayant une expérience professionnelle de cinq ans.

Le concours comprend trois épreuves écrites : biologie, physique et chimie. Le programme est celui des classes de première et de terminale scientifiques.

Formation en 4 ans. C'est le cas dans treize écoles en France. Le recrutement en centre de formation de masseur-kinésithérapeute se fait après une première année de médecine (PCEM1). Les modalités de sélection pour passer de la première année de médecine à la première année en centre de formation sont variables selon les instituts.

Un projet de généralisation à l'ensemble des instituts, de ce principe d'une formation en 4 ans, est actuellement en cours de discussion.

Les frais de scolarité sont variables selon les établissements. Ils peuvent être élevés dans les établissements privés (de 3 000 à 7 000 euros par an environ).
Un nombre maximum d'étudiants admis en 1re année est fixé chaque année (1 356 admis en 2002 pour l'ensemble des écoles). 20 places sont réservées à des athlètes de haut niveau envisageant cette profession.

Contenu des études

La formation est très orientée sur la pratique. Les stages occupent 44 % du temps de formation. Les cours théoriques portent sur l'anatomie, la physiologie, la biomécanique de l'appareil locomoteur, la pathologie. La technologie des appareils utilisés et bien sûr, les différentes techniques de masso-kinésithérapie font l'objet d'un enseignement approfondi (rééducation en traumatologie et orthopédie, en neurologie, en rhumatologie…).

Les masseurs-kinésithérapeutes ont la possibilité de compléter leur formation par des diplômes universitaires ou par des stages dans le cadre de la formation continue : kinésithérapie du sport, kinésithérapie respiratoire et cardiologique, rééducation en urogynécologie, ostéopathe.


 
HdP