17/08/2017 fleche
fleche
St Hyacinthe fleche
 
 

Se vouloir libre, c'est aussi vouloir libre les autres - Simone de Beauvoir



Fiches Métiers
(Source Onisep)


Aide-Soignante
Aide Médico-Psychologique
Assistante de soins en gérontologie
Chiropracteur
Ergothérapeute
Infirmier
Infirmier Coordinateur de S.S.I.A.D.
Médecine douce
Médecin Généraliste
Masseur Kinésithérapeute
Pédicure Podologue
Secrétaire de S.S.I.A.D.

Aide-Soignante


Activité

Assurer des soins d'hygiène et de confort

Le travail de l'aide-soignant consiste à assurer l'hygiène et le confort du malade, toujours sous le contrôle de l'infirmier. Il aide à la toilette, au repas, à l'habillage… Il accueille le malade à son entrée à l'hôpital et l'installe. Il effectue aussi des tâches d'entretien : changement de la literie, rangement et nettoyage des chambres des malades.

En contact permanent avec les patients, les aides-soignants veillent à ce que tout se passe pour le mieux : leur soutien psychologique est indispensable. Les patients préfèrent parfois se confier aux aides-soignants, car ceux-ci leur paraissent moins impressionnants que le personnel soignant.

L'aide-soignant peut participer aux soins : aide pour les pansements, distribution des médicaments, prise du pouls et de la température. Proche des malades, il peut donner aux infirmiers des informations précises sur l'état physique et moral des patients.

 

Conditions de travail

Plus de 70 % des aides-soignants travaillent en hôpital ou en clinique. Ce travail s'exerce en équipe sous la responsabilité de l'infirmier. Horaires variables, travail de nuit, le soir ou le dimanche sont le lot de la plupart des aides soignants. Des gardes sont à assurer, de jour comme de nuit, en fin de semaine et les jours fériés. La nuit, les plages horaires peuvent être de 10 heures consécutives. Le travail s'effectue souvent en station debout durant tout le service. Il faut aider le malade à se déplacer ou à changer de position, ce qui exige une certaine force physique.

Les aides-soignants travaillent aussi dans les centres de soins pour personnes âgées (maisons de retraite…) ou pratiquent des soins à domicile auprès des malades, des handicapés, des personnes âgées. Les déplacements sont alors fréquents et les horaires irréguliers.

Les aides soignants sont en contact fréquent avec le grand âge, la souffrance et la mort.

 

Qualités requises

L'aide-soignant passe beaucoup de temps avec les malades. Il sert souvent de relais entre les malades et l'équipe soignante. L'esprit d'équipe est une qualité essentielle à posséder pour exercer ce métier.

Le soutien psychologique du patient est important. Il faut savoir écouter, rassurer… C'est un métier qui exige de la disponibilité et qui, au-delà des qualités humaines, nécessite un solide équilibre psychologique et une bonne résistance physique (la profession est déconseillée aux personnes souffrant de maladies ou de déviations de la colonne vertébrale).

Le goût de l'ordre, de la méthode et de l'hygiène fait aussi partie des qualités indispensables à l'exercice de la profession.

 

La formation

En 2000, on comptait 377 000 aides-soignants dont 90 % de femmes. C'est une profession de santé où il existe peu de problèmes de débouchés. Les postes hospitaliers tendent depuis quelques années à se stabiliser, mais les centres de soins pour personnes âgées se développent du fait du vieillissement de la population. Ils offrent des débouchés de plus en plus importants. Le passage aux 35 heures, les départs à la retraite, devraient générer de nombreux emplois. Il est d'ailleurs prévu, à compter de l'année 2002, une augmentation très importante du nombre de places dans les écoles d'aides-soignants.

Les rémunérations sont assez faibles. Grâce aux primes, elles sont meilleures dans le secteur public que dans le secteur privé. Dans le public, le salaire en début de carrière s'établit en 2002 autour de 1 154 euros net. Il est d'environ 1 400 euros net en fin de carrière.

Le diplôme professionnel d'aide-soignant (DPAS) est obligatoire pour exercer la profession. Il se prépare en un an dans des centres de formation qui sont souvent intégrés à des établissements hospitaliers publics ou privés. Le diplôme est délivré par la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS).

Conditions d'admission

Le candidat doit être âgé de 17 ans au moins au 31décembre de l'année du concours et réussir les épreuves de sélection qui comportent une épreuve écrite d'admissibilité portant sur le programme de biologie humaine, nutrition et alimentation du BEP carrières sanitaires et sociales et une épreuve orale d'admission (entretien avec un jury de professionnels).

Peuvent se présenter à l'épreuve d'admissibilité (épreuve écrite) :
- soit les candidats titulaires de l'un des titres suivants :

  • diplôme national du brevet

  • CAP petite enfance

  • tout titre ou diplôme du secteur sanitaire ou social de niveau 5 minimum

  • avoir suivi une classe de première préparant au baccalauréat (bac général, bac techno ou bac pro)

- soit les candidats justifiant d'une activité professionnelle ayant donné lieu aux cotisations sociales, d'une durée de 2 ans pour les personnes issues du secteur hospitalier, social et médico-social et de 3 ans pour les autres candidats.

Peuvent se présenter à l'épreuve d'admission (épreuve orale) :
- les candidats ayant obtenu une note supérieure ou égale à 10 sur 20 à l'épreuve d'admissibilité ;
- les candidats titulaires du BEP carrières sanitaires et sociales ;
- les candidats titulaires du BEPA services, spécialité services aux personnes.

Notez que les titulaires du BEP carrières sanitaires et sociales ou du BEPA services, spécialité services aux personnes sont dispensés de l'épreuve écrite.
Inscriptions

Certaines écoles se regroupent pour la passation des épreuves de sélection. Les dates d'entrée en formation sont différentes d'une école à l'autre. Il en est de même pour les dates des épreuves de sélection et de clôture des inscriptions. La formation est payante et coûte cher, de 1 220 à 5 030 euros selon les écoles. Les frais peuvent être pris en charge par l'employeur, une collectivité locale (région…) ou un autre organisme.

Pour toutes ces modalités pratiques, il faut se renseigner directement auprès des organismes de formation.

Organisation des études

La formation dure un an. Une partie de la formation des aides-soignants est commune à celle des auxiliaires de puériculture. Cela permet aux aides-soignants comme aux auxiliaires de puériculture de changer d'activité au cours de leur vie professionnelle, à condition de suivre un complément de formation de 6 mois pour obtenir le diplôme correspondant.

Les études comportent 27 semaines de stage et 18semaines de cours théoriques, organisés sous forme de modules : six modules communs à la formation des aides-soignants et des auxiliaires de puériculture, et six modules spécifiques aux aides-soignants.

Les modules communs comprennent des notions préalables aux soins, à l'hygiène, à la relation-communication, à la santé publique, à la réglementation, à la participation aux soins et à la surveillance des patients.

Les modules spécifiques se rapportent aux soins en médecine et urgence, en chirurgie et réanimation, en psychiatrie (étude des maladies mentales), en obstétrique (étude de la grossesse et de l'accouchement), en gérontologie (étude du vieillissement) et soins palliatifs (soulagement du malade)


 
HdP