24/10/2017 fleche
fleche
St Florentin fleche
 
 

Il n’y a de certain que le passé, mais on ne travaille qu’avec l’avenir. - inconnu



Pathologies

Ces fiches sont destinées aux personnels soignants, ainsi qu'aux patients, et sont validées par un médecin. Elles représentent les maladies les plus fréquemment rencontrées dans nos services, et expliquent en quelques mots la maladie et la conduite à tenir face à chacune d'elles.

Cette rubrique sera mise à jour régulièrement.

Toute remarque nous sera utile, pour cela nous le signaler en cliquant ici.


Ataxie
Artérite
Arthrose
AVC
Dermatose Bulleuse
Diarrhée
Les Hépatites
Maladie d'Alzheimer
Maladie de Ménière
Maladie de Parkinson
Sclérose en plaques


Maladie d'Alzheimer
Démence à développement progressif, dominée par des troubles de la mémoire, atteinte du langage et des fonctions intellectuelles.

Epidémiologie :

La maladie d'Alzheimer est diagnostiquée depuis 1906. Sa fréquence augmente avec l'âge. Parmi les facteurs de risque, mis à part l'âge et les antécédents familiaux, on retrouve la trisomie 21.
Les diagnostics différentiels sont: autres démences, syndrome dépressif, maladie de Kreutzfeld Jacob, alcoolisme, intoxication au CO2 ou au plomb, hématome sous-dural, carence en folates B12.

 

Clinique :

Phase initiale (3 à 4 ans) :
Troubles de la mémoire progressifs, troubles du langage, du raisonnement et du comportement, modification de l'affectivité. L'examen neurologique est normal.

Phase d'état (3 à 6 ans) :
Syndrome démentiel qui s'aggrave petit à petit, nécessite des aides à domicile, les troubles mnésiques sont majeurs, troubles affectifs important, apparition d'une désorientation temporo-spatiale. On parle de syndrome apraxo-aphaso-amnésique et agnosique. L'examen clinique montre une baisse de l'état général (perte de poids, négligence dans les auto-soins,…) et souvent l'apparition de spasticité.

Phase Terminale :
Démence majeure, communication impossible, autonomie nulle, altération de la conscience, précédant le décès.

Le diagnostic et la mesure de l'évolution sont possibles grâce à différents tests (séries de questions simples permettant d'évaluer la démence).

 

Traitement :

Il freine l'évolution et améliore les troubles du comportement, le maintien des repères est important, c'est pourquoi le maintien à domicile est préférable, accompagné d'une sauvegarde de justice (curatelle, tutelle,..)

 

Lexique des mots pouvant être rencontrés dans cette pathologie :

- Désorientation temporo-spatiale : désorientation dans le temps et dans l'espace (quand et ou?)
- Troubles mnésiques : troubles de la mémoire (amnésie: perte de la mémoire)
- Apraxie : troubles gestuels (difficulté à effectuer certains gestes, attraper des objets,…)
- Aphasie : perte du langage
- Agnosie : perte de la faculté de reconnaître (des objets par exemple)
- Spasticité : hypertonie des muscles du squelette, avec rigidité (on retrouve ce symptôme dans ce qu'on appelle le syndrome extrapyramidal).

 

Diagnostics infirmiers associés et Conduite à tenir :

- Altération des opérations de la pensée :

Réorienter le patient, entretenir la conversation, penser à sa sécurité (barrières au lit, débrancher les gazinières,…) car il existe un risque élevé d'accident. Créer un climat calme, lui parler avec douceur et intérêt (pour qu'il sente qu'il a de l'importance à vos yeux). Utiliser des mots simples, ne pas provoquer, critiquer ou contredire le patient (risque de réaction de lutte ou de fuite)

 

- Altération de la perception sensorielle :

Vérifier la température de l'eau lors des soins, vérifier l'état cutané, éliminer les bruits inutiles et gênants (télévision ou radio pendant les soins,…),..

 

- Incapacité (partielle ou totale) d'accomplir ses soins personnels :

Faire participer le patient selon son degré d'autonomie, aux soins de toilette, habillage, déshabillage,…Si besoin conseiller l'entourage sur les gestes à effectuer, selon l'évolution adapter les soins et la fréquence de nos interventions.

 

- Perturbations des habitudes de sommeil :

Favoriser le maintien des repères, des rituels (comme les jeunes enfants). Conseiller d'éviter la consommation d'excitants (café, thé, alcool,…). Organiser les soins en fonction du rythme du patient, et tenir compte de l'état de santé de la personne ressource.

 

- Incapacité (partielle ou totale) d'organiser et d'entretenir le domicile :

Vérifier la mise en place d'aide au domicile, en dehors des soins, et leur adéquation avec les besoins de la personne.

 

- Difficulté à se maintenir en santé :

Oubli de manger (courbe de poids), perte du contrôle des sphincters (incontinence nécessitant des protections).

 

- Peur :

Quant au devenir, à l'aggravation de la maladie, rassurer le patient et son entourage, c'est une maladie évolutive, mais nul ne peut savoir à quelle vitesse. Donner les informations en fonction de ce que la personne peut entendre. Faire attention aux réactions violentes liées à la peur lors des soins, expliquer toujours ce que l'on va faire.

 

- Risque de défaillance dans l'exercice du rôle de l'aidant naturel :

Tenir compte de la personne ressource pour l'organisation des soins, donner les conseils nécessaires, écouter la personne ressource si elle a besoin de parler des problèmes qu'elle rencontre. Orienter la personne vers les réseaux d'associations concernant cette maladie.

 

- Risque de syndrome d'inadaptation à un changement de milieu :

Conseiller d'éviter les hospitalisations, déménagement, placement, éviter les modifications de décoration,….même un changement de tapisserie dans la chambre peut être perturbant (jusqu'à un certain stade de la maladie)

 

CRF SSIAD Sedan – Validé par un gériatre -novembre 2004


Les informations fournies sur www.aressad.net sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.
Cette page récapitulative n'a pas de date, mais chaque fiche et datée et signée
.
 
HdP