27/06/2017 fleche
fleche
St Fernand fleche
 
 

Savoir écouter, c'est posséder, outre le sien, le cerveau des autres. - Léonard de Vinci



Protocole Soins
Les protocoles sont réalisés par l'Aressad et n'ont pas valeur de "lois". Ils sont adaptés aux services de soins infirmiers à domicile.
(Rédaction: Hélène LANGLET)

Pour tous les soins, se laver les mains après avoir ôté les gants. En effet, le port de gants favorise la multiplication des germes. C'est un milieu, chaud, humide donc propice à la multiplication, même si on s'est lavé les mains avant. Pour les toilettes intimes, il est indispensable de porter des gants, ceci fait partie des précautions standard
 

Accident d'exposition au sang (AES)
Collyre chez une personne soignée à domicile
Conduite à tenir chez le porteur d'une sonde urinaire
Conduite à tenir au domicile
Conduite à tenir en cas de chute
Conduite à tenir en cas de mycose
Conduite à tenir face à un patient en chimiothérapie
Eau Gélifiée
Lavage simple des mains
Manucure
Pose d'un étui pénien
Prévention des escarres
Prise du pouls
Réfection du lit médicalisé
Soins de bouche
Soins divers
Soins d'hygiène oculaire
Toilette génito-anale


Conduite à tenir chez le patient
porteur d'une sonde urinaire


Objectifs:

- Connaître les techniques de toilette génitale, vidange d'une poche à urine, changement de poche à urine et prélèvement d'urine chez le patient porteur d'une sonde urinaire, ceci afin de réaliser les actes de sa compétence, travailler en collaboration avec l'infirmier pour les actes prescrits et conseiller certaines techniques à l'usager et à son entourage.
- Assurer la propreté corporelle, limiter le risque d'infection urinaire, maintenir une peau saine.

 

A – La toilette :

Matériel :

1 cuvette
1 serviette + 1 gant de toilette
1 savon neutre type savon de marseille
1 change si besoin
1 sac poubelle
Compresses
Papier toilette ou essuie-tout
Gants non stériles à usage unique
Savon liquide et serviette pour le personnel

 

Actions :

En respectant les règles de base (hygiène, pudeur, température de la pièce,…), prévenir le patient du soin.
Se laver les mains

Vérifier l'intégrité de la peau et observer l'aspect extérieur de la sonde au niveau du méat urinaire, noter éventuellement la présence d'un écoulement, de croûtes, d'irritation, de lésion ou d'œdème.

Enfiler les gants à usage unique

Nettoyer le méat urinaire à l'eau et au savon en utilisant au mieux des compresses stériles, au moins un gant de toilette propre, en allant d'avant en arrière chez la femme. Ne pas oublier chez l'homme de recalotter le gland après le lavage afin d'éviter l'apparition d'un œdème.

Nettoyer la sonde à l'eau et au savon, en procédant du méat vers l'extérieur de la sonde. Eviter de tirer sur la sonde pendant le soin, pour ne pas léser l'urètre.

Si besoin, fixer la sonde à l'aide d'un morceau de sparadrap hypoallergénique sur la cuisse chez la femme, ou sur l'abdomen chez l'homme (la verge doit être placée en position ventrale afin d'éviter le risque de nécrose de l'urètre). Changer les points de fixation à chaque toilette, pour éviter le risque de lésion.

En cas d'écoulement au niveau du méat chez l'homme, il est possible après la toilette d'entourer le méat avec une compresse stérile et de la changer régulièrement pour éviter la macération.

Vérifier la bonne fixation du sac collecteur.

Se laver les mains, faire les transmissions écrites et orales si besoin.

 

B – Vidange du sac collecteur d'urines:

Matériel :

1 cuvette ou un bocal réservé au recueil des urines
Des compresses
Un antiseptique type Dakin
Sac poubelle
Gants non stériles à usage unique
Savon liquide et serviette pour le personnel

Actions :

Prévenir le patient, se laver les mains.Noter la quantité d'urine contenue dans la poche, sa couleur et son aspect.

Installer le récipient de recueil près du sac collecteur, mettre des gants à usage unique.

Ouvrir le paquet de compresses et les imbiber d'antiseptique.

Prendre une compresse imbibée pour nettoyer le bout du collecteur, la jeter.

Prendre une autre compresse pour tenir le bout du collecteur et l'ouvrir.

Vider le contenu de la poche dans le récipient sans toucher les bords.

Refermer le sac collecteur, jeter la compresse

Raccrocher soigneusement le sac collecteur sur son support (jamais à terre, toujours plus bas que la vessie du patient que ce soit au lit ou au fauteuil).

Vider le bocal ou la cuvette, ou le laisser à l'écart s'il est vidé par l'entourage. A moins qu'un recueil des urines de 24h ne soit prescrit, dans ce cas, conserver les urines au frais, dans un endroit isolé (pour les odeurs).

Retirer les gants et les jeter.

Réinstaller le patient, faire ses transmissions écrites et orales à l'infirmière si besoin.

 

C – Changement du sac collecteur d'urines:

Matériel :

Un sac collecteur neuf, adapté au système de sonde installée (sur prescription médicale)
1 pince à clamper
Des compresses
Un antiseptique type Dakin
Sac poubelle
Gants non stériles à usage unique
Savon liquide et serviette pour le personnel

Actions :

Prévenir le patient, se laver les mains.

Mettre des gants non stériles à usage unique.

Si besoin, vider la poche comme indiqué ci dessus.

Ouvrir le paquet de compresses et les imbiber d'antiseptique.

Clamper la sonde urinaire quelques centimètres au dessus de son extrémité.

Prendre une compresse imbibée pour tenir l'extrémité de la sonde, et oter avec l'autre main le sac collecteur usagé, en le tirant doucement et en tournant légérement dans un sens, puis dans l'autre. Tout en maintenant la sonde toujours avec la compresse, prendre la poche neuve, enlever le bouchon et l'enfiler dans la sonde, en faisant la manœuvre inverse. Attention à ne jamais toucher l'embout du sac collecteur qui doit rester stérile tant qu'il n'est pas enfilé dans la sonde. Il doit être enfoncé au moins au ¾ pour éviter le risque de "décrochage".

Jeter la compresse, la poche usagée, et le bouchon. En cas d'utilisation d'un sac vidangeable, vérifier qu'il est soigneusement fermé.

Raccrocher le sac collecteur sur son support (jamais à terre, toujours plus bas que la vessie du patient que ce soit au lit ou au fauteuil).

Retirer les gants et les jeter.

Réinstaller le patient, faire ses transmissions écrites et orales si besoin.

 

D – Recueil d'urines en vue d'un ECBU:

Matériel :

1 flacon à urine stérile
1 pince à clamper
Des compresses
Un antiseptique type Dakin
Gants non stériles à usage unique
Savon liquide et serviette pour le personnel

Actions :

Prévenir le patient, se laver les mains.

Clamper la sonde urinaire quelques centimètres au dessus de son extrémité.

Attendre une quinzaine de minutes, pendant ce temps, il est possible de faire un autre soin.

Mettre des gants non stériles à usage unique.

Ouvrir le paquet de compresses et les imbiber d'antiseptique.

Prendre une compresse imbibée pour nettoyer la sonde à l'endroit du raccord, la jeter. En prendre une 2ème pour tenir l'extrémité de la sonde, et oter avec l'autre main le sac collecteur, en le tirant doucement et en tournant légérement dans un sens, puis dans l'autre. Tout en maintenant la sonde toujours avec la compresse, poser la poche, de manière à ce que l'embout soit dans le vide (au dessus d'un réniforme, d'une cuvette, ou demander au patient de le tenir).

Prendre le flacon à urine et le positionner en dessous de l'extrémité de la sonde. Déclamper la sonde, laisser l'urine couler dans le flacon, lorsque la quantité nécessaire à l'examen est recueillie, enfiler à nouveau l'embout du sac collecteur dans la sonde, en faisant la manœuvre inverse. Attention à ne jamais toucher l'embout du sac collecteur qui doit rester stérile tant qu'il n'est pas enfilé dans la sonde. Il doit être enfoncé au moins au ¾ pour éviter le risque de "décrochage".

Jeter la compresse, fermer le flacon d'urine et le faire acheminer au laboratoire d'analyse. Raccrocher le sac collecteur sur son support (jamais à terre, toujours plus bas que la vessie du patient que ce soit au lit ou au fauteuil).

Retirer les gants et les jeter.

Réinstaller le patient, faire ses transmissions écrites et orales si besoin.

Il existe d'autres méthodes dont une beaucoup plus simple: au moment du changement de poche, pratiquer le changement de poche, comme ci-dessus. Après une dizaine de minutes, recueillir les urines collectées directement à la vidange du sac. Ceci permet d'éviter des manipulations au niveau du raccord mais attention à utiliser cette méthode uniquement avec un sac neuf et stérile.

Il est possible également sur certains systèmes de prélever à l'aide d'une seringue directement dans le tuyau de la sonde. Ceci uniquement avec du matériel prévu à cet effet, comprenant un "site" prévu pour piquer l'aiguille, et après avoir nettoyé et désinfecté le site.

 

Important :

Le sac collecteur doit toujours être plus bas que le niveau de la vessie, mais jamais par terre.
Veillez à ce que les tubulures ne soient ni coudées, ni écrasées par le patient ou un quelconque objet.

Selon les textes de loi, seule la vidange du sac collecteur d'urines peut être réalisées par une aide-soignante seule. Les autres gestes relèvent de la compétence de l'infirmière, ils sont expliqués ici pour information et pour éventuellement conseiller l'entourage ou l'usager.

En cas de recueil d'urines en vue d'un ECBU, le flacon ne doit pas être rempli beaucoup, il suffit de peu de liquide, par contre il doit être acheminé au laboratoire très vite, éventuellement sur un pain de glace ou sur quelques glaçons pour le maintenir au frais pendant le trajet. Attention, le but n'est pas de congeler l'urine, mais simplement de la maintenir au frais.

La fréquence de changement de poche lors d'un sondage à demeure peut varier selon le protocole du service hospitalier d'où vient la personne, selon l'avis du médecin qui le suit, et selon le système utilisé. Il existe des systèmes "clos" dont on ne change jamais la poche, puisqu'elle est attenante à la sonde. Mais il existe également des systèmes vidangeables à changer tous les jours, semaines, mois,…et non vidangeables à changer dès qu'il est plein.

Il peut y avoir 2 arguments :
A chaque changement de sac, on prend un risque infectieux, il vaut mieux ne pas en changer souvent.
Un sac utilisé longtemps garde toujours quelques gouttes d'urines, même après une vidange, ce qui favorise le développement de bactéries, et donc d'infection urinaire, même avec un système anti-reflux.

 

CRF SSIAD Sedan –Validé par la réunion de travail de Mai 2005

 
HdP